adresse postale : 17 Petit Cozance 38460 TREPT contact@stress-anxiete.fr 06 22 90 07 48 cabinet 75 cours E.Zola 69100 Villeurbanne

Luc Genevrier sophrologue Lyon et Nord-Isère

Faq

Est-on est obligé de dire pourquoi on est stressé à la fin de la séance en groupe?

Non, bien sûr, la sophrologie travaille les liens, l’harmonie entre conscience et corps; elle n’a aucune compétence d’ordre psychothérapeutique, on reste donc en dehors de toute considération liée à l’intimité de la vie de la personne. Il n’est pas prévu de raconter sa vie dans une séance de groupe.
En séance individuelle, le sophrologue pourra avoir besoin d’aborder votre mode de vie afin d’y trouver repères et guides pour vous accompagner; toutefois, vous restez maitre de ce que vous acceptez d’indiquer à votre sophrologue.

 

Est-ce qu’on pleure à la fin d’une séance?

Généralement non, bien au contraire : on voit arriver des mines tendues, des traits tirés en début de séance, et ce sont des sourires et des visages apaisés qui retournent chez eux après une séance.

Il peut arriver d’avoir les yeux humides pendant une séance, c’est le résultat d’une réelle détente du corps, qui permet à quelques gouttes de liquide lacrymal de s’échapper, de la même manière que ça arrive après un bon fou rire

 

 

 

 

 

Comment savoir si j’ai besoin de sophrologie?

J’ai coutume de préférer évoquer « avoir envie » de pratiquer la sophrologie, pour vivre des jours meilleurs, quelque soit le point de départ, plutôt qu’un besoin , qui sous-entend obligatoirement une détresse, un mal-être, une souffrance. C’est également avant tout votre propre adhésion à votre pratique qui est le gage de réussite, votre propre envie plutôt qu’une obligation que vous vous feriez ou qui vous serait faite.
La sophrologie s’adresse à tout le monde, pas besoin obligatoirement de souffrances à panser…sinon nos sportifs de haut-niveau seraient tous des souffrants?…

La pratique de la sophrologie guérit-elle des maladies?

Pas vraiment, non, la pratique de la sophrologie ne se substitue en aucune manière à un traitement médical, quel qu’il soit. Par contre, relaxation et détente permettent de mieux vivre sa maladie et améliore donc les conditions de vie de la personne. La sophrologie peut être utilisée en complément d’un traitement médical, par exemple pour les maladies chroniques, les chimio-thérapies, l’asthme, etc.

La sophrologie « marche-t-elle » avec tout le monde?

C’est avant tout une question de pratique, d’entrainement, de répétitions des exercices, et la conscience qu’on en prend, qui permettent les progrès.

La sophrologie laisse de coté toutes les considérations d’ordre ésotérique, magnétique, hypnotique, magique.

Quiconque pratique la sophrologie régulièrement , assidûment, selon ses rythme et besoins, y trouvera un gain substantiel en terme de qualité de vie (au-delà du sens matériel usuellement donné à ce terme), en toute liberté, en toute autonomie.

Le mieux pour s’en convaincre étant d’essayer…